Grand sud-est : une mobilité de plus en plus contrainte 27 Aout 2012

L’Insee a récemment publié une étude sur l’économie présentielle dans le Grand Sud-Est (Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse) : il en ressort que le nombre d’actifs travaillant hors de leur commune de résidence  a augmenté de 10 points entre 1990 et 2006.  Le phénomène concerne plus particulièrement les zones rurales et périurbaines.

Les distances domicile-travail ont tendance à s’allonger : 17,5 km en 2009, contre 16,7 en 1999.

Les trois quarts de ces déplacements sont effectués en automobile ; les transports en commun sont utilisés pour les distances, soit  très courtes, soit  très longues.

Ajoutée à la hausse du nombre d’actifs dans cette zone, ce phénomène concourt à une augmentation de 25 % de la distance totale parcourue (entre 1999 et 2006) soit 5,5 milliards de kilomètres.

Cette montée des déplacements a engendré un surplus d’émission de 706 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Cette situation est connue, elle est liée à la convergence des tendances à l’accroissement de la mobilité professionnelle, et au renchérissement des prix de l’immobilier dans les centres urbains, tendances dont on peut prédire qu’elles risquent de se perpétuer dans l’avenir.

La seule voie qui semble s’offrir aujourd’hui est donc bien celle qui consiste à réorganiser le travail de façon à supprimer une partie des déplacements professionnels non productifs.


sources :
La Lettre de l’Insee Rhône-Alpes, n° 139, mars 2012
www.insee.fr

Tags :
INSEE, Sud-est, Déplacement domicile-travail, Transports, Empreinte carbone



image technologies
Valid XHTML 1.0 Strict