Les jeux olympiques de Londres boostent le télétravail 08 Octobre 2012

La Chambre de Commerce de Londres a évalué à 1,5 million le nombre de personnes qui travaillent chez elles pendant la durée des Jeux olympiques, soit le tiers des actifs de la capitale anglaise.

Selon une étude de Harvey Nash, 80 % des entreprises londoniennes proposent des solutions de télétravail.

Linda Summers, directrice Marketing de Skype trouve : «  étrange que 67 % des actifs londoniens n’envisagent pas de travailler chez eux ».

Des obstacles peuvent s’opposer à une telle volonté : ainsi, selon Skype, 70 % des Britanniques souhaitent effectivement travailler à la maison, mais 51 % avouent avoir essuyé un refus de leur employeur, ce qui dénote un manque de confiance encore très présent dans les entreprises d’outre-Manche.

Ce sentiment négatif semble encouragé par les pouvoirs publics locaux, le maire de Londres, Boris Johnson, n’hésitant pas à déclarer : « Je ne veux pas que les  Jeux olympiques se transforment en festival de la paresse » ( !).

 

On voit que la France n’est pas le seul pays marqué par une hostilité larvée aux méthodes modernes de travail. Malgré tout, le mouvement semble prendre un peu d’essor, même s’il est animé par la pression de certaines circonstances.

On peut aussi regretter que l’autre rive du Channel n’ait pas saisi l’opportunité qui s’offrait, avec ces Jeux olympiques d’attirer, sur le Continent, des postes de travail présents dans l’agglomération londonienne.


sources :
Le Figaro, 31/07/2012
recherche.lefigaro.fr

Tags :
Londres, Jeux olympiques, Réticences des employeurs, Aspiration des salariés, Manque de confiance, Pouvoirs publics



image technologies
Valid XHTML 1.0 Strict